Ir al contenido principal

Colloque "Mai 68, creuset pour les sciences de l’homme ?"

Mai 68, creuset pour les sciences de l’homme ?
10, 11 et 12 septembre 2008
Amphi du centre Malher (9, rue Malher 75004 PARIS)
Organisateurs : Olivier Orain (Chargé de recherches au CNRS, UMR Géographie-cités)
Bertrand Müller (Chargé de cours, université de Genève)
Société française pour l’histoire des sciences de l’homme (SFHSH)
Responsable du colloque :
Olivier Orain, Chargé de recherches au CNRS, UMR Géographie-cités
Tel : 01.43.54.07.06. ou 06.81.23.81.55. Mail : olorain@wanadoo.fr
Responsable administrative :
Martine Laborde
UMR Géographie-cités 13, rue du Four 75006 PARIS
Tel : 01.40.46.40.00. Mail : laborde@parisgeo.cnrs.fr
Ce colloque d’histoire des sciences entend examiner « ce que Mai-1968 a fait aux sciences de l’homme ». En d’autres termes, au-delà des dithyrambes et des procès, il est temps désormais d'examiner plus froidement, av
ec le recul de 40 années, la place de Mai-1968 par rapport aux transformations des sciences de l'homme dans les années 1960-1970. Il s'agit notamment de se demander si le moment politique a été une matrice, ou simplement un symptôme, de transformations plus générales, pour ne pas dire structurelles. Une place importante sera consacrée à des exemples d’évolutions disciplinaires, ainsi qu’à des itinéraires individuels, pour penser la construction des « figures de Mai-68 » dans le domaine des sciences de l’homme. Des témoins ont été sollicités par le comité d’organisation. Pour autant, les collectifs, les institutions et les pratiques emblématiques ne seront pas négligés, dans la mesure où ils permettent de reconstruire un style politico-épistémologique qui est la marque de cette époque.
Comité scientifique :
Loïc Blondiaux, professeur des universités, IEP de Lille, politologue
Boris Gobille, maître de conférences, ENS LSH, historien et politologue
Marie-Luce Honeste, professeur des universités, université de Rennes II, linguiste
Laurent Loty, maître de conférences, université de Rennes II, littéraire
Gérard Mauger, directeur de recherches, CNRS, Paris, sociologue
Annick Ohayon, maître de conférences, université Paris VIII, psychosociologue
Philippe Poirrier, professeur, université de Bourgogne, historien
Bernard Pudal, professeur, université de Paris X Nanterre, historien
Marie-Claire Robic, directrice de recherche, CNRS, Paris, géographe
Christian Topalov, directeur de recherches, CNRS, Paris, sociologue
Françoise Waquet, directrice de recherche, CNRS, Paris, historienne

Programme
Mercredi 10 septembre 2008 (après-midi)
13h00 accueil des participants
13h30 Ouverture du colloque, Nathalie Richard, présidente de la SFSHS
13h45 Introduction
Olivier Orain (CR/CNRS) : De la légende dorée à la série noire : la construction des mythes universitaires sur l’« influence de Mai-68 ».
15.00 Trajectoires disciplinaires
Présidence : Nathalie Richard
Marc Joly (doctorant/ EHESS) : Le mouvement de 1968 et la réception internationale de l’œuvre de Norbert Elias (Pays-Bas et France).
Nicolas Ginsburger (Doctorant, UP10) : Les recompositions de la géographie ouest-allemande dans l’après-68.
Pause
Mathieu Quet (doctorant/ EHESS, Centre Alexandre Koyré) : Mai 68 et la sociologie des sciences. « Logiques discursives » et restructurations disciplinaires au cours des années 1970.
Patricia Vannier (MCF, UToulouse Mirail) : Mai 68 et la sociologie : une reconfiguration institutionnelle et théorique.
Jeudi 11 septembre 2008 (matin)
09h30 Un renouvellement des pratiques savantes ?
Présidence : Gérard Mauger
Jose-Luis Moreno Pestana (PR, Univ. de Cadix) : Militantisme, intellectuels spécifiques et avant-garde intellectuelle dans le travail social en France. 1972-1979.
Séverine Lacalmontie (Doctorante, UP10) : « Comment on écrit l’histoire des « dominés »? Les transformations sociales d’une discipline à partir de mai 68 : l’histoire de l’Immigration.
Pause
Liora Israël (MCF/EHESS) : La revue Actes : le droit saisi par le regard critique dans le sillage de 68.
Olivier Chadoin & François Lautier (ENSA de Paris La Villette) Jean-louis Violeau (architecte): Architecture et sociologie : matériau pour l’analyse d’un croisement disciplinaire.
Jeudi 11 septembre 2008 (après-midi)
14h30 Des acteurs aux témoins
Présidence : Xavier Vigna
Renaud Debailly (Doctorant/CESS, UP4) : Les relations entre critique radicale de la science et sociologie des sciences après Mai 1968.
Geoffroy de Lagasnerie (doctorant/UP1) : Rupture ou continuité : l’impact de mai 1968 sur les œuvres de Foucault, Deleuze, Derrida et Bourdieu
Pause
Nicole Mathieu (DR émérite, CNRS) : Une ruraliste en dialogue avec les Paysans Travailleurs de la Nièvre : l’engagement comme bouleversement épistémologique.
Julie Pagis (Doctorante/ENS) : « Génération » : un concept écran. Retour sur les conditions sociales de l'identification à une « génération de 68 ».
Vendredi 12 septembre 2008 (matin)
9h30 Face à l’institution, des entreprises contre-institutionnelles ?
Présidence : Marie-Claire-Robic
Jean-Christophe Coffin (MCF/Paris V) : Deux 68, deux psychiatres, deux destins. Henri Ey (1900-1977) et Franco Basaglia (1924-1980) face à la contestation.
Olivier Douville (MCF/ Paris X) : Mai 1968 et le débat sur l'inconscient et le sujet désirant entre Lacan et Deleuze & Guattari.
Pause
Annick Ohayon (MCF/ Paris VIII) : La psychosociologie des groupes aux sources de Mai 68 ?
Vincent Guiader (Doctorant/ UP10) : Mai 68, les aménageurs et les sciences sociales
Vendredi 12 septembre 2008 (après-midi)
14h30 Table-ronde : Mai-68, crise de l’autorité savante ? Olivier Orain
Avec Gérard Mauger, DR CNRS, sociologue
Boris Gobille, Mcf, ENS-LSH, politologue
Laurent Loty, Mcf, université de Rennes, lettres modernes
16h30 Conclusion générale Bertrand Müller

Comentarios

Entradas populares de este blog

Homenaje a Gustavo Bueno

HOMENAJE A GUSTAVO BUENO UNED, Sala 1 b, Facultad de Económicas, Paseo Senda del Rey nº 11, Madrid, 28040
19 y 20 de Octubre de 2017
                         PROGRAMA JUEVES, 19 DE OCTUBRE 16,30 H INAUGURACIÓN: Francisco José Martínez, Catedrático de Metafísica de la UNED 16,45 F.J. Martínez: “Ontología y política en la obra de G. Bueno” 18 Aida Míguez, Investigadora HERCRITICA, UNED “’Poetas’ y ‘Filósofos’” 19,15 Descanso 19,30 Fernando Pérez Herranz, Profesor Titular, Universidad de Alicante "El contexto determinante. Entre el realismo y el nominalismo"

VIERNES, 20 DE OCTUBRE 9,30 Pedro Insúa, Profesor de Filosofía, Madrid "Tres fuentes y partes determinantes del Materialismo Filosófico de Gustavo Bueno". 10,45 Atilana Guerrero, Profesora de Filosofía, Madrid "España como Idea".
12 Descanso
12,15 P. González Cuevas, Profesor Titular Ciencias Políticas, UNED “Gustavo Bueno: contra la izquierda moral y la razón cínica”.
14 Comida
16 Gustavo Bueno en Astur…

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…

Libertad estoica

La escuela estoica existe entre el siglo IV a.c y el siglo III d.c. y demostró una capacidad importante de resistencia histórica. Solo eso, el haber permitido vivir a muchos hombres durante mucho tiempo, certifica algo positivo: ninguna ideología absurda, ningún entretenimiento de elite, goza de tanta popularidad de manera sostenida.

La revalorización contemporánea del estoicismo destaca su interés por la vida personal y, en ese sentido, considera que el estoicismo puede ser una guía para nuestra época. Como los estoicos, vivimos en un mundo (ellos en el de la crisis de la polis y el desarrollo de los imperios helenístico y romano, nosotros en el de la globalización) donde el individuo tiene escaso poder sobre la vida pública. Además los estoicos, a diferencia de los discípulos de Epicuro, aceptaban las obligaciones sociales y desarrollaban un modo de vida integrado socialmente. La filosofía estoica nos ayuda a concentrarnos solo en aquello que queda bajo nuestro poder y, por tanto,…