Ir al contenido principal

Le langage social des émotions



Vient de paraitre : Fabrice Fernandez, Samuel Lézé, Hélène Marche, Le langage social des émotions. Etudes sur les rapports au corps et à la santé, Economica - Anthropos, collection “Sociologiques”, Paris, 2008, 426 pages.


Texte de présentation



Cet ouvrage propose une introduction vivante à un do­maine de recherche longtemps délaissé par les sciences sociales : les émotions, qui loin de se réduire à une ré­alité exclusivement intérieure, sont aussi des compo­santes essentielles de notre vie sociale.

Le champ de la santé est un observatoire privilégié pour déchiffrer, par l’étude des rapports de force qui se glissent au cœur de notre vie intime, le langage social des émotions. Selon les situations et les interactions, comment s’opère le contrôle des sensations et des expressions corporelles et quelles significations sont attribuées à nos émotions dévoilées ? Quel type de travail émotionnel est mis en oeuvre par les professionnels et par les profanes, et surtout quelle relation de pouvoir révèle-t-il, dans ces espaces où le corps nous rappelle sans cesse notre vul­nérabilité (hôpitaux, maisons de retraite, pompes funè­bres, etc.) ?

S’appuyant sur des études de cas circonscrites, de situa­tions diversifiées depuis la prise en charge du cancer, de la psychose ou de la vieillesse jusqu’aux expériences de sortie de toxicomanie ou du traitement de la mort, les contributrices et contributeurs de cet ouvrage, sociolo­gues et anthropologues, dévoilent, à partir de leurs ma­tériaux de recherches respectifs, ce rôle pivot des émo­tions, révélateur des tensions qui parcourent la société toute entière.



Sommaire



Introduction.

Les nouvelles conduites émotionnelles comme enjeu de sciences sociales

Fabrice Fernandez, Samuel Lézé et Hélène Marche.



Première partie

La mise en forme des émotions



Le travail émotionnel à l’épreuve de la transformation du système de soins

Marcel Drulhe

Émotions et sentiments dans le travail de soin professionnel et profane

Michel Castra et Geneviève Cresson

Le contrôle des émotions au travail. Le cas des infirmières hospitalières et des policiers de voie publique

Marc Loriol et Sandrine Caroly

Le travail émotionnel et l’expérience du cancer. Un détour par les usages sociaux du rire

Hélène Marche

Émotions et interactions dans les pompes funèbres. Les ambivalences de l’intéressement

Julien Bernard

De la négation à la revalorisation. Quelques enjeux de la prise en charge des émotions en chambre mortuaire

Judith Wolf



Seconde partie

L’objectivation des états émotionnels



Hôpital silence ! Le travail émotionnel des soignants

Catherine Mercadier

Tour de vaisselle et compassion. L’implication des bénévoles dans un dispositif de séjour pour personnes âgées

Gérard Rimbert

Réfléchir l’écho psychotique. Notes sur l’usage de la psychanalyse dans un hôpital de jour pour adolescent

Samuel Lézé

Soutien psychologique et culture du risque. Deux réponses institutionnelles contraires face aux émotions de la catastrophe

Julien Langumier

« Dépasser les mots ». Étude sur le pouvoir des émotions au sein d’une fraternité de dépendants

Fabrice Fernandez

La mise en texte. Approche anthropologique des décès d’enfants dans quelques autobiographies contemporaines

Yannick Jaffré

Comentarios

Entradas populares de este blog

Un debate sobre capitalismo en Fort Apache

Un debate sobre capitalismo en Fort Apache con Pablo Iglesias, Manuel Monereo, Eduardo Garzón, Xabier Arrizabalo, Nines Maestro y yo.

Manuel Sacristán. Razón y emancipación, editado por Jacobo Muñoz y Francisco José Martín

“Siempre prefirió dotarse de instrumentos de comprensión del mundo, antes que de saberes específicos, de radio limitado, nada desdeñados, por otra parte, por él. Y desde esa intencionalidad básica practicó una conducta mental hecha del esfuerzo de conocer y de la voluntad de transformar. Precisamente por eso, porque lo que ante todo le importó fue aprender y enseñar a vivir, es por lo que sí valoró de modo especialmente intenso la figura del sabio, tan característica de nuestra tradición. Dejó constancia explícita de ello a propósito de Ortega, al que frecuentó en su juventud y al que no dejó de volver, lejos de toda beatería, cuantas veces le pareció justo y conveniente”

Del excelente capítulo de Jacobo Muñoz, “¿Qué es un maestro?”, página 23.

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…