Ir al contenido principal

November 4, 2010 – November 6, 2010 Thirty Years After "Distinction"

Session 4-2 Across the Social Space : working classes (1). 9-10'45
Revisiting the Working-Class Choice of the Necessary Tony Bennett


My general concern in this paper is with the consequences of Bourdieu’s engagement with Kant’s aesthetic categories for his approach to survey design and his interpretation of his survey findings in Distinction. However, in lieu of the more familiar concern with Bourdieu’s discussion of the bourgeois aesthetic ethos of disinterestedness, I shall take his account of the working-class choice of the necessary as my route into these questions. There will be four main aspects to my discussion. First, I shall show how, when considered in relation to Bourdieu’s account of the popular aesthetic, these two - the working-class choice of the necessary and the popular aesthetic – constitute a shifting and unstable counterfoil to his account of the aristocracy of culture, taking on different values and meanings depending on whether they are contrasted to the conspicuous forms of consumption which characterise the symbolic display of power on the part of the economically dominant class or to the ethos of disinterestedness which characterises the dominated fraction of the dominant class. Second, I shall show these contradictory juxtapositions undermine Bourdieu’s claim that the working-class choice of the necessary is rooted in a unified and unifying class habirus. I shall then focus more closely on the closing down of the space of the possibles and the sense of absolute social, cultural and political closure which characterises Bourdieu’s account of the working-class choice of the necessary. I shall contrast this account with the role that a residual Kantianism played in framing the accounts of working-class culture developed in the formative period of British cultural studies (Richard Hoggart, Raymond Williams). This will help to disentangle the different kinds of aesthetic incapacities Bourdieu attributes to the working class. I shall here focus particularly on his contention that, owing to the dictates of necessity, the working-classes are unable to make any judgements of form that are free from functional considerations. In questioning this view, I shall make two main arguments. First, I shall show how Bourdieu neglects the implications of his own methodological strictures regarding the survey and sample designs of the project he reports in Distinction. Second, I shall show how the forms of reasoning he deploys in contending that working-class people are incapable of relational judgements of form are structurally similar to late nineteenth and early twentieth century ethnographic surveys which, mobilising Kantian categories within a set of racialised coordinates, attributed the so-called inability of ‘primitive’ peoples to make discriminations across the full-range of the colour spectrum to the limiting effects of necessity experienced by hunter-gatherers living on the nature/culture divide.

Sur la recomposition des classes populaires en France (1979-2010) Gérard Mauger


Dans La Distinction, les classes populaires (ouvriers et paysans, incluant les contremaîtres, mais excluant les employés), caractérisées par leur faible volume de capital économique et de capital culturel, étaient définies à la fois :

- par un habitus de classe dont la formule générique était "le choix de nécessaire" (le "goût de nécessité"),
- par leur cohésion interne (un "effet de clôture") assurée par les rappels à l'ordre de la conformité,
- par la valorisation de la force physique (force de travail et force de combat) comme dimension fondamentale de "la virilité",
- par les multiples effets (culturels, politiques, moraux) de la domination et de l'adaptation à une position dominée.

En m'appuyant sue deux enquêtes menées sur "les jeunes des classes populaires" ("conformes" et "déviants") entre 1975 et 1980 et, trente ans plus tard, entre 2000 et 2010 (et, bien sûr aussi, sur les enquêtes sur les classes populaires qui se sont multipliées au cours des vingt dernières années), je m'interrogerai d'abord sur la cohésion interne des classes populaires des années 1970 et sur les forces centrifuges auxquelles elles étaient déjà soumises (Bourdieu mentionnait alors les "effets" de la "massification scolaire" et de la "culture de masse"). A ce propos, je reviendrai sur ce qui me semble être "un mauvais procès en misérabilisme" intenté à Bourdieu. Mais, il s'agira surtout de mettre en évidence les divers mécanismes qui permettent de rendre compte de la cris de reproduction du groupe ouvrier et de son "invisibilité" croissante : disqualification économique, politique et symbolique, déségrégation, renforcement des divisions internes. Je m'interrogerai, pour conclure, sur une possible recomposition des classes populaires (ouvriers et employés).


Economie morale et alimentation : le cas des classes populaires José Luis Moreno Pestaña


La tradition représentée par Bourdieu insistait, en ce qui concerne le corps et l’alimentation, sur le caractère hautement significatif de ces dimensions pour comprendre les différences de classe. La nourriture et la boisson séparaient les classes populaires de la bourgeoisie : pour celle-ci, une éthique de contention et de réserve, pour les autres une éthique de bonne vie et d’absence de réticence et de circonspection. Bien sûr, les classes populaires n’étaient pas homogènes et il y avait en leur sein des différences concernant l’alimentation. Chez les employés, comme le montrait Bourdieu à partir d’une analyse statistique des formes de consommation, commençait à se profiler une éthique de la restriction alimentaire et de l’augmentation des dépenses culturelles. Le sacrifice par rapport au présent laissait augurer une perception d’un futur plus ouvert : ceux qui n’ont rien à gagner au sacrifice, les ouvriers, s’accrochent naturellement à l’hédonisme. Pour comprendre les classes dominantes, Bourdieu ne proposait pas non plus un schème homogène. Parmi elles, il y avait aussi des distances considérables entre les fractions les plus riches en capital culturel et celles qui jouissaient principalement de capital économique.

Un tableau dans La distinction proposait quatre pôles possibles de consommation alimentaire et deux groupements centraux concernant leur style. Pour les aliments, il faisait la différence entre ceux qui consomment des aliments robustes et ceux qui consomment des aliments exotiques et diététiques. De ce point de vue, pour les fractions d’entrepreneurs et d’ouvriers, qui ont le moins de capital culturel, il y a des différences dans la qualité des aliments consommés mais non dans leur type. Les fractions populaires qui ont le plus de capital culturel partagent avec les classes privilégiées en titres et compétences intellectuels un principe d’élection dans lequel le léger et l’exotique constituent la référence : à nouveau, c’est la différence économique et surtout culturelle qui permet des degrés élevés de recherche dans le choix des aliments.

Une des idées les plus importantes du modèle de Bourdieu consistait à mettre l’alimentation d’un groupe en rapport avec l’éthique qu’il partage. Ceux qui se restreignent dans les classes populaires, expliquait Bourdieu montrent qu’ils ont un ethos différent de celui de leurs proches. Le temps de leur corps est en marge du temps partagé avec les autres : il s’ordonne vers un futur où ils présenteront une autre image d’eux-mêmes et dans lequel on peut supposer qu’ils l’offriront à des autres différents. Ainsi se définit une philosophie pratique du corps, susceptible de phénoménologies diverses : du type de corps, de la manière de manger, des types de changements corporels permis et censurés par le groupe. Quand on veut changer de corps et de forme d’existence, les solidarités alimentaires avec le groupe, les bons moments partagés qu’elles permettent, apparaissent comme « des entraves qu’il faut briser coûte que coûte ». La vocation corporelle centrifuge a besoin de s’affirmer contre toute forte solidarité centripète.
Cette communication prend appui sur une recherche réalisée (avec E. Martin Criado) avec 11 groupes de discussion et une autre réalisée en solitaire avec 66 histoires de vie en Espagne. La recherche a donné lieu à un livre présenté comme Habilitation à diriger des recherches (La classe du corps. Morale corporelle et troubles alimentaire, à paraître).
Les groupes de discussion (technique de type qualitative différente des focus groups et élaboré dans la école qualitative espagnole) permettent des formes de présentation en public sur lesquels pèsent des censures structurales. L’intervention de chaque participant dépend dans une large mesure de l’anticipation des bénéfices qu’il escompte. En ce sens, derrière chaque intervention transparaissent des modèles de ce qu’il est légitime de dire devant un auditoire déterminé. La possibilité d’une recherche basée avec des groupes de discussion a permis de vérifier ce qu’il était légitime de dire dans des contextes d’interaction de gens de la classe ouvrière, et a aussi fourni des informations intéressantes sur d’autres questions (pratiques réalisées, phases biographiques…). Déterminer ce qui est légitime ou non aide à répondre à certains problèmes de base dans le rapport au corps : quelles sont les pratiques dicibles ou non sein des groupes sociaux ? Quelle est la sensibilité à l’égard des pratiques définies comme déviantes ? On se posera la question de proximités et différences concernant le corps entre les classes populaires analysés par Bourdieu et ceux-ci rencontrés dans mon terrain. On montrera comment dans le domaine de l´alimentation, les classes populaires se distinguent des classes moyennes par leurs dispositions alimentaires et le contexte quotidien. D’abord, les dispositions alimentaires décrivent la tendance à privilégier une alimentation qui permet de se sentir fort. Ensuite, le contexte quotidien regroupe dans les classes populaires les couches sociales qui manquent de marchés d´interaction où l´ascétisme alimentaire puisse recevoir des récompenses constantes et non contradictoires, comme c´est le cas des classes moyennes et privilégiées où la distinction corporelle et la sophistication alimentaire (sous forme de connaissances gastronomiques) constituent l´une des conditions de la sociabilité. On peut délimiter une économie morale du corps dans les classes populaires profondément déstabilisé par la pression des modèles de corps "légitimes".

Lieu

Le colloque se déroulera pour l’essentiel dans les locaux de l’INHA (Institut National de l’Histoire de l’Art) 2 rue Vivienne, & 6 rue des Petits-Champs, 75002, Paris, dans la Galerie Colbert.
Le jeudi et le vendredi, les sessions parallèles indiquées dans la 3ème colonne auront lieu dans la salle André Malraux, au Ministère de la Culture,182 rue Saint Honoré, 75001







Comentarios

Entradas populares de este blog

Un debate sobre capitalismo en Fort Apache

Un debate sobre capitalismo en Fort Apache con Pablo Iglesias, Manuel Monereo, Eduardo Garzón, Xabier Arrizabalo, Nines Maestro y yo.

Manuel Sacristán. Razón y emancipación, editado por Jacobo Muñoz y Francisco José Martín

“Siempre prefirió dotarse de instrumentos de comprensión del mundo, antes que de saberes específicos, de radio limitado, nada desdeñados, por otra parte, por él. Y desde esa intencionalidad básica practicó una conducta mental hecha del esfuerzo de conocer y de la voluntad de transformar. Precisamente por eso, porque lo que ante todo le importó fue aprender y enseñar a vivir, es por lo que sí valoró de modo especialmente intenso la figura del sabio, tan característica de nuestra tradición. Dejó constancia explícita de ello a propósito de Ortega, al que frecuentó en su juventud y al que no dejó de volver, lejos de toda beatería, cuantas veces le pareció justo y conveniente”

Del excelente capítulo de Jacobo Muñoz, “¿Qué es un maestro?”, página 23.

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…