Ir al contenido principal

Les rencontres de Tinos Systèmes d'enseignement et emploi en Méditerrannée: crise de reproduction - crise d'État


Cet été, la première rencontre de Tinos aura lieu et prendra comme objet la crise des modes de reproduction sociale et les bouleversements politiques concomitants tels qu’ils se manifestent actuellement dans différents pays autour de la Méditerranée.

Autant cette crise peut renvoyer à des contextes économiques particuliers, des conditions socio-structurales variables et des régimes et des dynamiques politiques divers, autant il semble légitime de s’interroger sur un certain nombre de parallélismes tels que le chômage structurel et chronique touchant tout particulièrement une jeunesse hautement qualifiée dans les pays de l’Afrique du Nord tout comme dans les pays de l’Europe du Sud tels que la Grèce, l’Espagne, le Portugal ou la France.

La crise actuelle, tant économique que politique et sociale, sera appréhendée en tant que „crise de reproduction“, crise de reproduction à la fois sur le plan familial et intergénérationnel (précarité des jeunes, spécialement des jeunes hautement diplômés), par-là aussi crise de reproduction des classes moyennes, mais aussi crise étatique (mises en question des modes de régulation politique face aux marchés, crise de la protection sociale et des systèmes d’enseignement et, last but not least, crise de légitimité d’ores et déjà manifeste sous forme de révoltes et de protestations des jeunes générations dans les pays du Maghreb, en Espagne ou en France).

Le séminaire de TINOS va réunir des chercheur(e)s de différents pays spécialement ceux qui sont touchés par la problématique visée. Nous proposons donc de prendre comme cadre géopolitique les pays du Maghreb, l’Espagne, le Portugal, la France, l’Italie et la Grèce, qui connaissent actuellement des symptômes de crise relativement convergents et de réunir des chercheurs de ces pays.

Mode de fonctionnement : L’ intellectuel collectif comme utopie réaliste

Il leur sera demandé d’arriver à TINOS avec un dossier de travail préparé à l’avance à base d’un ensemble d’interrogations sociologiques transversales qui auront été définies comme des enjeux-clé de la rencontre par le groupe de pilotage. Il s’agira de créer un contexte de travail collectif pour offrir un espace approprié à l’intellectuel collectif international que Pierre Bourdieu appelait de ses voeux avec tant d’insistance.

Par-là, notre rencontre sortira volontairement des chemins battus des genres classiques de « colloque scientifique », de « séminaire académique » ou de « débats savants » pour emprunter la voie – encore à inventer et à institutionnaliser ensemble– d’une réflexion, d’ un work in progress et d’ un travail de construction collectifs.

Pour cela, un petit dossier avec des données statistiques internationales de base a été préparé. Il servira comme point de départ certes incomplet et discutable sur le plan d’ une approche comparative réflexive et critique et le type de travail collectif à mettre en place consistera justement dans l’élaboration et l’ expérimentation de nouvelles formes d’ échanges transnationaux et interculturels. Pour y parvenir, les participants livrent les uns aux autres des données et des informations disponibles dans leurs contextes respectifs, souvent difficiles d’accès pour les „étrangers“ pour des raisons linguistiques ou pratiques, mais surtout en du fait de leur contextualité spécifique. Comme disait si bien Durkheim: „Les données ne sont jamais données mais construites“ et, par exemple, ce que chômage des jeunes“ veut dire dans la statistique de tel ou tel pays n’est bien souvent guère compatible avec ce qui se mesure ailleurs sous le même terme. Chacun des participants offrira ensuite en tant qu’informateur ethnographique de son propre contexte culturel un diagnostique théorique des données présentées afin de parvenir à un échange interculturel bien fondé et des conclusions concernant les analogies et homologies avec les autres contextes présentés.

2

Programme de travail préliminaire

Etant donné que notre séminaire vise une mise en place de nouvelles formes de travail

collectif, il se donne juste un minimum de structures et de contraintes temporelles.

28 juin 2012

22 heures : Accueil des participants à l’hôtel et apéro

29 juin 2012

9.30 : Mot de bienvenu et introduction

1. Regards sociologiques sur la situation de la Grèce

2. La révolte arabe : le cas de la Tunesie

- Pause midi -

3. Les conditions sociales de la démocratie assembleiste : le mouvement du 15Mai (Indignados) en Espagne.

4. Et la Turquie dans tout cela ?

Discussion d’ensemble

19 h : Apéro et présentation de deux mise en scènes d’entretiens tirés de Bourdieu et al. : La misère du Monde » par le théatre de la Cartoucherie/Paris

30 juin 2012

9.00 h : Bilan de la première journée et ouverture sur un 2ème tour d’ horizon transnational

5. Révolutions progressistes et/ou conservatrices : le cas de l’ Egypte

6. Regards sociologiques sur la situation en Italie

- Pause midi –

7. L’ Algérie 2012 : un regard sur la condition postcoloniale 50 ans après la libération

8. De l’ autre côté de la Méditerranée : la France

19 h: « En Algérie » ; Présentation d’un montage vidéo autour de la photographie

ethnographique et sociologique de Pierre Bourdieu et discussion sur les possibilités et les limites d’une sociologie visuelle

1 juillet 2012

9. La société portugaise en crise

10. Du cas singulier aux parallélismes socio-historiques et homologies structurales. Regards

croisés et approches comparatives.

- Pause midi –

11. La méditerranée vue de Bruxelles : l’ Union européenne dans le contexte des questions sociales soulevées

12. Contre-feux : du constat de la crise à la résistance : mouvements sociaux et formes de

protestation politiques

Discussion de clôture :

a) Bilan du séminaire

b) Quel fruits à en tirer et sous quelle forme les conclusions du séminaire pourraient être publiées

c) Fondation Pierre Bourdieu : quel avenir ?

Comentarios

Entradas populares de este blog

Los abrigos cambiados

Abraham Lincoln contaba cómo una vez contempló la pelea de dos borrachines y que, cuando terminó, salieron cada uno con el abrigo del otro. A menudo la política es así, y consiste en conflictos en los que nos ponemos ebrios y acabamos abrigándonos en lo que detestamos de nuestro adversario.
Introducir algo de claridad supone pensar en lo que vemos y en aquello que el otro ve. Evidentemente, la ebriedad y la ceguera ocurren porque miramos de modo tremendamente selectivo. Así ocurre, por ejemplo, en nuestro problema nacional español. Donde el partidario de la unidad detecta egoísmo injustificado de ricos, el de la secesión solo percibe un derecho democrático evidente: no se puede estar juntos a la fuerza. Y donde el partidario de la secesión denuncia la violencia estatal, el de la unidad recuerda la protección de las personas silenciadas por el nacionalismo. Personas cuyos votos no se cuentan, cuyas manifestaciones se empequeñecen y cuya identidad nacional se reduce a simple residuo colo…

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…

Didáctica ciudadana: la vida política en las plazas. Etnografía del movimiento 15M

Acaba de publicarse la obra de Adriana Razquin Mangado Didáctica ciudadana: la vida política en las plazas. Etnografía del movimiento 15M, dentro de la colección Antropología y estudios culturales de la Editorial de la Universidad de Granada. Sin duda, el trabajo más ambicioso de etnografía de las asambleas, unido a una reconstrucción documentada del origen del 15M. Ojalá esta obra tenga una recepción -académica y política- a la altura de sus grandes cualidades. Mucho puede aprenderse no solo de una etnografía realizada con mimo y cruzando fuentes, sino también de las innovaciones -reconstruidas en términos de culturas prácticas- que permitieron sobrevivir -y también pusieron en tensión- a las asambleas. Las asambleas, por paradójico que pueda resultar, han sido objeto de escasas reconstrucciones sociológicas complejas. Su nacimiento y desaparición suelen saldarse con imágenes biológicas (efusividad y agotamiento), meteorológicas (igual que aseveraba Spengler sobre la filosofía griega…