Ir al contenido principal

SÉMINAIRE DE SOCIOLOGIE CRITIQUE AUTOUR DE GÉRARD MAUGER





PREMIER SÉMINAIRE DE SOCIOLOGIE CRITIQUE : AUTOUR DES TRAVAUX DE GÉRARD MAUGER



8 et 9 juin 2010
Salle Luis Buñuel, Colegio de España (Cité universitaire, Paris)

[Organisé par : Christophe Gaubert (Université de Limoges/GRESCO[1]), Joël Mariojouls (CESSP[2], équipe CSE[3]), Jose Luis Moreno Pestaña (Université de Cadix/CESSP, équipe CSE)]

Ce premier séminaire prend pour objet les travaux de Gérard Mauger (CESSP/CSE, CNRS). Collègues et/ou anciens étudiants, nous avons souvent, dans nos propres recherches, appris de, utilisé et discuté ses travaux dans les domaines de la sociologie de la jeunesse et de la déviance, de la lecture, des intellectuels ou de l’analyse réflexive du travail sociologique (pour utiliser quatre catégories de classement académique des travaux sociologiques). Nous voudrions profiter de son passage à l’éméritat pour rendre plus explicite cette discussion, y compris de manière critique et manifester cette dette intellectuelle en nous appuyant, d’une part, sur ses publications, d’autre part sur les recherches sociologiques qui ont pu s’en inspirer ou porter sur des terrains et des objets analogues.
Ce séminaire se déroulera sur deux journées, et les communications seront agencées autour de quatre thématiques permettant d’interroger de manière transversale les travaux de Gérard Mauger : « Encadrement des classes populaires », « Droit d’entrée et légitimité », « Sociogenèse des habitus et reproduction », « Engagement intellectuel, engagement politique ».

Programme du mardi 8 juin 2010 – 9 h-18 h
9 h 30 : Ouverture. Javier de Lucas, Directeur du Colegio de España.
9 h 45 : Introduction à la première journée. Robert Castel, EHESS.
10 h : Encadrement des classes populaires (Présentation : Patrice Pinell, CSE)
L’analyse que propose Gérard Mauger de l’encadrement des classes populaires ouvre au moins deux lignes de travail. D’une part, ces travaux sont sensibles à la présence du contrôle social dans les activités d’encadrement professionnel des jeunes des classes populaires. D’autre part, ils recèlent une critique des facilités de la critique destructrice du travail social et soulignent parfois que le travail social peut être un opérateur de conversion des dispositions. Nous discuterons de ces deux perspectives, de leurs contradictions éventuelles et de leurs agencements.
Avec des interventions de Jean-François Gaspar (Haute École Louvain en Hainaut), Thomas Sauvadet (CESAMES), Julie Sedel (TECH/SENSE-Orange-Labs), Xavier Zunigo (CSE).

14 h : « Droits d’entrée et légitimité » (Présentation : Christophe Gaubert)
La sociologie développée par Gérard Mauger, pour une grande part explicitement centrée sur la jeunesse des classes populaires, contribue aussi à une sociologie de la petite bourgeoisie et des conditions d’entrée dans des univers plus légitimes. Tout d’abord, lorsqu’il s’agit de décrire les rapports des enquêtés à l’enquêteur (représentant du monde « bourgeois »), ou la confrontation des « loubards » et des « gauchistes » et, plus globalement de prendre en compte la confrontation au monde des autres et le flou de la frontière entre pratiques illégitimes et légitimes (en matière d’échanges marchands comme d’échanges politiques, par exemple). Ensuite, lorsqu’il s’agit de proposer une sociologie des âges de la vie et des générations qui pose, entre autres, la question de « l’installation » (réelle ou espérée), des anticipations et de la diffusion des styles de vie. Enfin, lorsqu’il s’agit d’objectiver les usages sociaux de la lecture (comme pratique dont la légitimité a été inégalement inculquée par l’école) ou bien encore de coordonner des travaux sur le droit d’entrée dans des univers artistiques parfois à demi-légitimes. Nous examinerons cette contribution « masquée » à la sociologie du petit-bourgeois (de condition ou d’aspiration), du déclassement ou des reconversions, comme à celle de la quête de légitimité des arts moyens, de leurs adeptes ou de leurs pratiquants.
Avec des interventions de Vincent Dubois (IEP de Strasbourg, IUF), Serge Katz (Université Picardie-Jules Verne), Wenceslas Lizé (Université de Poitiers), Vanessa Pinto (CESSP/CSE).

* * *

Programme du mercredi 9 juin 2010 – 9 h-18 h
9 h 30 : Introduction à la deuxième journée. Rémi Lenoir, Université Paris 1.
9 h 45 : Sociogenèse des habitus (Présentation : Jose Luis Moreno Pestaña)
Dans ses travaux de sociologie des intellectuels et des classes populaires, Gérard Mauger développe une analyse des trajectoires « déviantes » qui suppose aussi, parfois, de la normalité : espace des styles de vie conforme des jeunes des classes populaires, voies plus nobles d’accès au monde intellectuel, etc. Il s’agira de discuter cette construction qui enferme une théorie du fonctionnement de l’habitus qui emprunte à et complexifie certaines des intuitions de Pierre Bourdieu.
Avec des interventions d’Annie Collovald (Université de Nantes) Louis Pinto (CESSP/CSE), Charles Soulié (Université Paris 8-Saint-Denis).

14h. Engagements intellectuels, engagements politiques (Présentation : Joël Mariojouls)
Gérard Mauger a contribué à objectiver la trajectoire politique d’une génération (qui est aussi la sienne) et interrogé les formes diverses d’engagement de désengagement dans des univers sociaux variés. De plus, il fait partie de ceux qui considèrent que la sociologie ne vaudrait pas une heure de peine si elle oubliait sa vocation à contribuer à la transformation du monde. C’est la question des investissements politiques et des investissements intellectuels qui sera au centre de cette demi-journée.
Avec des interventions de Frédéric Lebaron (Université Picardie-Jules Verne, IUF), Marie-Pierre Pouly (Université de Limoges), Bernard Pudal (Université Paris-X), Christian Topalov (CNRS/EHESS).
------

Renseignements pratiques
Colegio de España : Cité Universitaire, 7E bd Jourdan 75014 Paris
Accès : RER B : Cité Universitaire
Métro : Porte d’Orléans
Tramway T3
Bus 21, 88, 67
Périphérique : sortie porte d’Orléans ou porte de Gentilly (Parking public CHARLETY à proximité).
Point Vélib devant la Cité internationale

Contacter les organisateurs : joseluis.moreno@uca.es
christophe.gaubert@unilim.fr
joel.mariojouls@laposte.net
[1] Groupe de recherche et d’études sociologiques du centre-ouest (Universités de Limoges et Poitiers).
[2] Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (UMR CNRS/Paris 1/EHESS).
[3] Centre de sociologie européenne.

Comentarios

Entradas populares de este blog

Homenaje a Gustavo Bueno

HOMENAJE A GUSTAVO BUENO UNED, Sala 1 b, Facultad de Económicas, Paseo Senda del Rey nº 11, Madrid, 28040
19 y 20 de Octubre de 2017
                         PROGRAMA JUEVES, 19 DE OCTUBRE 16,30 H INAUGURACIÓN: Francisco José Martínez, Catedrático de Metafísica de la UNED 16,45 F.J. Martínez: “Ontología y política en la obra de G. Bueno” 18 Aida Míguez, Investigadora HERCRITICA, UNED “’Poetas’ y ‘Filósofos’” 19,15 Descanso 19,30 Fernando Pérez Herranz, Profesor Titular, Universidad de Alicante "El contexto determinante. Entre el realismo y el nominalismo"

VIERNES, 2 DE OCTUBRE 9,30 Pedro Insúa, Profesor de Filosofía, Madrid "Tres fuentes y partes determinantes del Materialismo Filosófico de Gustavo Bueno". 10,45 Atilana Guerrero, Profesora de Filosofía, Madrid "España como Idea".
12 Descanso
12,15 P. González Cuevas, Profesor Titular Ciencias Políticas, UNED “Gustavo Bueno: contra la izquierda moral y la razón cínica”.
14 Comida
16 Gustavo Bueno en Asturi…

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…

Libertad estoica

La escuela estoica existe entre el siglo IV a.c y el siglo III d.c. y demostró una capacidad importante de resistencia histórica. Solo eso, el haber permitido vivir a muchos hombres durante mucho tiempo, certifica algo positivo: ninguna ideología absurda, ningún entretenimiento de elite, goza de tanta popularidad de manera sostenida.

La revalorización contemporánea del estoicismo destaca su interés por la vida personal y, en ese sentido, considera que el estoicismo puede ser una guía para nuestra época. Como los estoicos, vivimos en un mundo (ellos en el de la crisis de la polis y el desarrollo de los imperios helenístico y romano, nosotros en el de la globalización) donde el individuo tiene escaso poder sobre la vida pública. Además los estoicos, a diferencia de los discípulos de Epicuro, aceptaban las obligaciones sociales y desarrollaban un modo de vida integrado socialmente. La filosofía estoica nos ayuda a concentrarnos solo en aquello que queda bajo nuestro poder y, por tanto,…