Ir al contenido principal

Journées d’études « Construction d’objet »




organisées par Louis Pinto

La notion de « construction d’objet » a joué un rôle central dans la conception du métier de sociologue qu’a toujours défendue Pierre Bourdieu. Contre une conception « positiviste » ou « empiriste » de la sociologie, il n’a cessé de mettre en avant l’idée que la science tend à « construire » des « objets » spécifiques qui ne sont pas ceux de l’expérience ordinaire.
Signe peut-être de sa réussite, cette notion n’a pas échappé à une certaine routinisation. Il y a plusieurs raisons de revenir aujourd’hui sur sa signification et ses enjeux alors que empirisme et constructivisme relativiste alternent ou, même, se combinent. Qu’est-ce que Bourdieu entendait au juste par là ? Comment comprendre le langage de la construction ? Peut-on souscrire, et jusqu’à quel point, aux présupposés discontinuistes de l’épistémologie d’inspiration bachelardienne ? 
L’intention de ces Journées n’est pas de produire des exégèses mais de permettre aux chercheurs invités de faire le point sur des questions incontournables, en s’appuyant sur leurs propres recherches : celles de savoir en quoi ces recherches ont, ou non, impliqué une rupture avec des « prénotions », avec une doxa, et en quoi le chercheur ne se borne pas à accumuler des informations sur un domaine.
Loin de l’image académique et bureaucratique d’une discipline partagée en une multitude de circonscriptions séparées par de coûteuses barrières d’entrée, la sociologie est « générale », elle s’engage ou se risque totalement dans chacun de ses objets empiriques.

Mardi 27 mars
9h.30-13 h.
- Louis Pinto (DR émérite, sociologie, CESSP, Paris) : « La notion de construction d’objet : significations, implications, questions ».
- Benoît Gaultier (philosophe, Aix-Marseille, Collège de France (GRÉ)) « Bourdieu et le partage des tâches entre philosophie et sociologie ».
- Charles Suaud (professeur émérite, sociologie, Nantes) : « Construction d’objet, sociologues en construction ».
- Bernard Pudal (professeur émérite de sciences politiques, Paris) : « Communisme et construction d’objet ».

14h.15-18h.15
- Julien Duval (DR sociologie, CESSP, Paris) : « Usage de la notion de champ et construction de l’objet ». 
- Marie-Pierre Pouly (maîtresse de conférences, sociologie, Limoges) : « ‘Les Français sont nuls en anglais’. Construire l’objet en déconstruisant les préconstructions savantes et profanes ».
- Vincent Dubois (professeur de sciences politiques, Strasbourg) : « Construire l’action publique comme objet sociologique ».
- Gérard Mauger (DR émérite CNRS, sociologie, CESSP, Paris) : « La délinquance juvénile. Nouvel essai de construction d’objet ».

Mercredi 28 mars
9h. 30 – 13 h.
- Manuel Schotté : « ’Petits sujets’  et ‘grandes questions’. Ou comment lier enquête de terrain et travail d’élaboration théorique ».
- Fabienne Pavis (maîtresse de conférences, sociologie, Nantes) : « Une construction d’objet en suspens : à propos de l’enquête ‘recompositions patronales et espace économique local’ (région nantaise 1970-1990) ».
- Patrice Pinell (DR émérite INSERM, sociologie, CESSP, Paris) : « Genèse de la loi de 1874 sur la protection de l’enfance : déconstruire l’historiographie pour construire l’objet sociologique ».
- Christophe Gaubert (maître de conférences, sociologie, Limoges) : « Quelques problèmes posés par la construction de l’objet ‘ formation scolaire des médecins ‘ ».

- 14h – 18h30
- Pierre Vesperini (historien, philosophe, chercheur post-doctorant, Université de Porto) : « Déconstruire et construire des objets en « histoire de la philosophie antique »
- Yvon Lamy (professeur émérite, sociologie, Limoges) : « Classe d'orgue au travail en Conservatoire. S’impliquer soi-même dans l’objectivation ».
- Jose Luis Moreno Pestana (maître de conférences, philosophie, université de Grenade) : «La construction d’objet et la sociologie des rapports à la démocratie ancienne ».
- Louis Pinto : « La consommation : déconstruction et construction ».
- Conclusion par Gérard Mauger 


Contact : louis.pinto@cnrs.fr

Comentarios

Entradas populares de este blog

La insoportable levedad del pueblo

(Imagen de La insoportable levedad del ser de Philip Kaufman)
Se convoca al pueblo. Debo decir, para empezar, que no he podido leer con cuidado el libro de Daniel Bernabé La trampa de la diversidad, el cual concita buena parte del debate. En un futuro intentaré hacerlo con atención, ya que me parece un libro fraterno del que escribieron Arantxa Tirado y Ricardo Romero. Y hacerlo junto con los importantes comentarios que ha despertado. Este post sobre el pueblo es sobre un estado de ánimo crítico con la izquierda, según la consabida ley por la cual nada despierta tanto odio en la izquierda como la izquierda equivocada. Acusarla de ajena al pueblo es algo que la izquierda acusadora tiene en común con la derecha. Esta acostumbra -para defender a los de arriba- a invocar al pueblo llano. El PP se llama Partido Popular por algo. Nadie en su sano juicio político llamaría a un partido de derecha Partido de las Clases Medias Ansiosas de Ser Especiales, Partido de los Acaudalados o Partido del …

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…