Ir al contenido principal

Présentation premier séminaire de sociologie critique

Je veux remercier le Collège d’Espagne, la responsable de Culture Madame Stéphanie Migniot, ma chère amie ; le directeur Monsieur Javier de Lucas, titulaire de la Chaire de Philosophie du droit de l’Université de Valence et Monsieur Robert Castel -que vous connaissez et lisez tous,- qui nous honorent aujourd’hui de leur présence. Je veux aussi remercier le personnel de l’Institution qui accueille, une fois encore, une activité liée à la sociologie critique.

J’ai eu la chance d’être résident au Collège d’Espagne et je suis très touché qu’on puisse tenir ce premier séminaire de sociologie critique dans cette institution de la culture espagnole qui a joué un rôle capital dans la transmission culturelle entre les générations au XXème siècle.

L’idée de ce séminaire est née d’une préoccupation : comment maintenir un modèle de sociologie aujourd’hui parfois mise en question, au moins en France ? La personne de Gérard et la sympathie qui nous rassemble autour de lui ne sont pas la seule raison d’être de ce colloque. En fait, nous allons discuter des travaux de Gérard Mauger mais nous pourrions y ajouter l’examen d’autres travaux partageant un « air de famille » avec les siens et liés à une manière de faire de la sociologie à laquelle les organisateurs ne veulent pas renoncer.

Un résident de cette institution, le grand philosophe Xavier Zubiri, s’est posé –peut-être le texte a été écrit pendant son séjour ici au moment de la Guerre civile, quand il travaillait avec Émile Benveniste et Louis de Broglie- une question similaire. Quel rapport entretient-on avec l’histoire culturelle ? Au fond, qu’est-ce qu’un héritage intellectuel ? Le passé ne peut pas être objet de vénération. On a des choses plus importantes à faire, insistait Zubiri, si on veut être justifié en tant qu’intellectuel. Tout ce qui est objet de vénération se transforme très facilement en contrainte, dogmatisme. Au fond, disait Zubiri, Hölderlin avait raison quand il appelait à la rébellion contre les grecs. Une bonne histoire, avait enseigné le maître de Zubiri, Ortega y Gasset, doit nous montrer combien nous sommes éloignés des autres époques, au point de ne pas les comprendre ; et si nous comprenons les questions de nos prédécesseurs, celles-ci nous semblent complètement extravagantes. Le passé ne nous enseigne rien sauf que des hommes ont dû répondre, avec certains instruments, des instruments que nous ne voulons pas –nous en avons de meilleurs- ou nous ne savons déjà plus utiliser (ce n’est pas nécessaire sauf pour les fétichistes), à des circonstances qui ne sont déjà plus les nôtres, qui parfois ne ressemblent en rien aux nôtres. Une bonne histoire doit nous enseigner que le passé est aussi loin de nous.

Aujourd’hui, écrivait Zubiri, nous n’avons ni l’humeur ni le temps pour nous occuper des classiques, encore moins, pour en canoniser des nouveaux.

Ce qu’on recherche dans le passé c’est une autre dimension de la vie intellectuelle. Le présent n’est q’un ensemble de possibilités que le passé nous a laissé. Parfois le passé ne nous a rien laissé ; son histoire ce sont des réponses ajustées à une conjoncture au-delà duquel rien ne nous intéresse. Mais parfois le passé nous a laissé des manières de se confronter au monde encore nécessaires. Elles le sont au point que nous ne pouvons y renoncer qu’au prix d’une régression historique. Parce que de ce point de vue, ce qu’on a commencé il y a longtemps est encore notre présent, ce que nous avons de mieux pour regarder le monde. Les grecs, disait Zubiri, ne sont pas nos classiques. S’ils le sont ça ne nous intéresse pas. Ce qui nous intéresse c’est que nous sommes les grecs ; nous avons une manière de regarder qui a été élaborée par eux.

Si la sociologie critique à quelque chose à nous apporter, c’est qu’elle propose des manières de regarder, qu’on ne peut pas perdre sans régression. Des manières de regarder le monde (l’histoire déposée dans le présent) et des manières ou des incitations pratiques à examiner nos instruments de pensée. Il faut alors savoir comment faire pour les actualiser, sans canoniser, sans vénérer mais aussi sans oublier ce qui peut nous permettre de développer des formes rationnelles de connaissance du monde.

La seule manière de le savoir est de lire, de discuter et de mettre à l’épreuve (dans de nouvelles enquêtes). Aujourd’hui les colloques mondains, dits scientifiques, explique Passeron dans un texte excellent, s’engagent dans des polémiques sur la vérité ultime du monde ou le fondement dernier des discours. Attitude typique de ceux qui veulent, toujours et à chaque rentrée, remettre le compteur à zéro dans les sciences sociales. La seule manière d’interroger un discours scientifique est d’examiner sa cohérence logique et de savoir s’il produit des informations sur le monde social, s’il permet – et avec quel degré pertinence - de se confronter à d’autres discours et d’autres contextes de recherches et, enfin, de savoir comment, s’il le fait, il nous aide à rendre intelligibles des réalités opaques. Ou encore de savoir si ce discours scientifique permettra de produire plus informations, plus de connaissances et plus d’intelligibilité utilisé d’une autre manière, dans une autre conjoncture ou reformulé en fonction de nouveaux problèmes.

Il s’agit de savoir s’il est encore une partie de notre présent.

C’est ce que nous voudrions faire au cours de ces deux journées consacrés autour des travaux de Gérard Mauger.

Comentarios

Entradas populares de este blog

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…

El pueblo de Tebas se aburre de Creonte y Antígona

Sófocles contiene una filosofía profunda de la democracia, no cabe duda. En este blog se ha comentado el clásico de Bernard Knox y, entre los autores que uno frecuenta, Foucault y Castoriadis han promovido lecturas sugerentes sobre las enseñanzas democráticas del genio de Colono. La de Castoriadis resulta de especial interés, pues consigue invertir la espontánea apuesta “libertaria” por Antígona y a mostrarnos la razón que asiste a Creonte. Si la tragedia funciona como filosofía de la democracia es porque renuncia a un Eje del Mal y nos ahce comprender cómo el orgullo nos conduce a aquello que odiamos ser: es la lección de Edipo, prototipo de caudillo sinceramente democrático. Cualquier lector que se entretenga en Sófocles comprueba cómo los personajes se contradicen y ocupan posiciones muy distintas en una y otra réplica. Lo que los lleva a la tragedia es la rigidez, la falta de comprensión de que la verdad se les escapa, de que no pueden tener razón solos. De hecho, el mítico Teseo,…

La identidad de clase en los años de los significantes flotantes

(He aquí el comentario que se ha publicado hoy en la página web de Sinpermiso y a la que se puede acceder pinchando aquí)
Un libro debe juzgarse por los interlocutores que escoge. El trabajo de Ricardo Romero Laullón y de Arantxa Tirado Sánchez se esfuerza por establecer un diálogo con lectores no entrenados en las discusiones académicas. No resulta fácil porque el libro presenta sus argumentos invocando un doble registro. Por un lado, se encuentra la experiencia personal de los autores. Por otro, ambos son universitarios y recurren a argumentación teórica. Si hay algo que me escame de su trabajo es la saña, por cierto muy a la moda, con la que aborrecen la cultura académica, cultura sin la cual no hubieran podido escribir. Ciertamente, acuden a una lecturas quizá minoritarias pero no menos académicas. Como buen libro escrito a cuatro manos todas las hebras no se encuentran bien anudadas en el cáñamo del discurso y uno puede saltar de estados de la cuestión muy solventes a desahogos. M…