Ir al contenido principal

HEIDEGGER ET BOURDIEU


(Publié dans l'Abécédaire de Pierre Bourdieu, Paris, Les Editions Sils Maria / Vrin, 2006)

Heidegger est une des sources d’inspiration phénoménologique de la sociologie de Bourdieu. Il a été aussi l’un de ses objets d’analyse sociologique. Bourdieu a consacré au philosophe un livre dont l’écho a été considérable : L’ontologie politique de Martin Heidegger (Paris, Minuit, 1988). Dans ce texte, Bourdieu a exposé les grandes lignes de sa sociologie de la philosophie tout en l’a appliquant à l’un des plus grands penseurs du XXe siècle. L’analyse sociologique que Bourdieu fait de Heidegger peut se résumer en quatre mouvements.
En premier lieu, il situe la production philosophique de Heidegger dans son environnement spécifiquement philosophique. Ce faisant, Bourdieu évite l’écueil d’une sociologie de la philosophie réductionniste. Selon lui, Heidegger a produit une révolution conservatrice en philosophie en plaçant au centre du système kantien la temporalité existentiale. Ainsi, Heidegger s'approprie Kant et renverse la hiérarchie des valeurs entre science et philosophie. Ainsi transforme-t-il Kant, philosophe de référence du néo-kantisme positiviste de son temps (pour qui la philosophie dépendait de la science), en caution d’une philosophie —celle de Heidegger— qui défendait de manière agressive le primat de la philosophie par rapport aux sciences positives.

En deuxième lieu, il montre comment le talent de Heidegger est —aussi— le produit d’une trajectoire sociale peu commune. Heidegger fut un intellectuel de première génération, c’est-à-dire le produit d’une trajectoire ascendante à travers des mondes sociaux variés : ainsi peut-on comprendre le caractère polyphonique de son message, saturé de références érudites et d’allusions politiques masquées, d’évocations poétiques et de termes à résonance rurale. Le langage académique fonctionnait chez Heidegger comme un code avec lequel il gardait une relation distante, comme s’il s’agissait d’une deuxième langue distincte de l’originale : cette distance sociale vis-à-vis du monde académique aida son auteur à ne pas rester enfermé dans les oppositions qui organisaient le champ intellectuel de son époque.

En troisième lieu, il explique comment l’expérience sociale filtre à travers le système de catégories qui organisent la philosophie de Heidegger. Son discours est chargé d’oppositions primitives mais distillées avec virtuosité dans un discours philosophique. Les règles de l’art philosophique se manifestent donc de manière magistrale chez Heidegger, mais cela ne l’empêche pas d’être un idéologue. C’est que le double sens du langage heideggérien continue à opérer et l’idéologie réactionnaire vient même se loger en filigrane des tours et des polyphonies d’un commentaire érudit sur Aristote. Bourdieu arrive ainsi à montrer ce qui fait d’une grande philosophie un discours politique, tout en indiquant ce qui la sépare de l’essayisme pamphlétaire. Entre le simple exposée essayiste de fantasmes sociaux et la formalisation philosophique d’une pensée, il y a une grande distance que la sociologie ne saurait ignorer. Le travail de formalisation des pulsions expressives épure les productions culturelles et la sociologie se trompe lorsqu’elle se livre à des réductions brutales d’un philosophe à la pure et simple idéologie. Mais si la censure refoule les pulsions de l’auteur, elle ne les élimine pas. Elles continuent à hanter les jeux de mots et les classifications qui les sous-tendent. Par exemple, l’opposition heideggérienne entre l’existence authentique et l’existence inauthentique se nourrit du vieux topos élitiste de la distance entre masses et élites, mais elle le fait sur un mode qui interdit toute lecture directe, sans cesser toutefois de faire allusion subrepticement aux fantasmes brutalement sociologiques qui se trouvent à son fondement. Seule une double lecture, capable de rendre compte du degré de censure du texte comme de l’insistance des significations déniées, mais pas éliminées, peut rendre justice aux conquêtes autonomes de la pensée sans tomber dans la pure célébration des idiolectes philosophiques.

En quatrième lieu, Bourdieu délimite la façon dont Heidegger se situe dans l’espace des possibles de la tradition des discours philosophiques et comment il définit une position qui fera fortune en philosophie après lui. Heidegger est la figure de proue philosophique d’une position discursive qui octroie au philosophe le statut d’administrateur d’une tradition de textes philosophiques susceptibles d’un commentaire interminable et, en même temps, il est l’émetteur du sens authentique de cette tradition. Ainsi Heidegger « donne sa justification la plus haute à l’une des formes les plus prestigieuses de la pratique typiquement professorale du commentaire : elle encourage le lector à se penser comme un authentique auctor[1] ». Grâce à Heidegger, de nombreux philosophes trouveront plus urgent de disserter sur une traduction du grec ou de l’allemand que d’apprendre quelque chose en économie, en sociologie ou en physique. Et paradoxalement, cette lacune ne les empêchera en rien d’annoncer les énormités les plus péremptoires sur la manière dont les sciences déterminent un monde soumis à l’«ère de la technique».

--------------------------------------------------------------------------------
[1] P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 58.

Comentarios

Entradas populares de este blog

En Twitter gana Cleón

En el año 428 a.n.e., en plena conflagración del Peloponeso, Mitilene intentó pasarse al lado espartano y apoderarse de Lesbos.  Una flota ateniense, comandada por el general Paques, controló la ciudad. Reunida la asamblea del pueblo, e indignada con la traición, debía decidir qué hacer con los habitantes de Mitilene. Vimos aparecer en ella a Cleón, el famoso demagogo, que abogó, con el apoyo mayoritario, por un castigo consistente en matar a todos cuantos podían portar un arma.  Pasadas las horas hubo quien consideró el castigo excesivo y consiguió una nueva reunión de la asamblea. Al día siguiente Cleón abrió la asamblea y enfurruñado reprendió a los atenienses: vosotros ejemplificáis con vuestro comportamiento que las democracias no saben defenderse y así nunca resistiremos a los espartanos que son implacables. Con vuestros actos demostráis que no sabéis ser una potencia y que merecéis que todos se burlen de vosotros. Parad ya de discursos y enfrentaos la realidad brutal de la guerra…

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…

Imágenes de la revolución III: Vladimir Menshov y "Moscú no cree en las lagrimas"

En su último libro (An american utopia. Dual Power and Universal Army, Verso, 2016) Fredric Jameson propone una gran definición de la imagen del socialismo en el arte. En general, el libro me parece un disparate, pero incluso en el disparate Jameson paraliza con su inteligencia. Socialismo es lo que vemos en las películas norteamericanas de High school: una enorme igualdad de clases que no evita que la gente compita por su belleza, por amores o por el tamaño de todo -por ejemplo, aunque no solo, del coche. Yo añadiría al maestro marxista: el infame genero slasher, con un psicópata asesinando adolescentes (a menudo mientras hacen el amor) ante autoridades blandas, estultamente liberales, es la venganza reaccionaria con la felicidad aclasista y picarona de la sociedad igualitaria de la educación secundaria. Hay estudios académicos que prueban la ideología reaccionaria del slasher y no es extraño que la era neoliberal lo acabara banalizando y lo llevase hasta la programación infantil.  Al…