Ir al contenido principal

MERLEAU-PONTY ET BOURDIEU




(Publié dans l'Abécédaire de Pierre Bourdieu, Paris, Les Editions Sils Maria / Vrin, 2006)


Merleau-Ponty a joué un rôle considérable pendant les années de formation de Bourdieu. Un rôle institutionnel d’abord : Merleau-Ponty faisait partie du jury d’accès à l’École Normale Supérieure. Un rôle intellectuel ensuite : Merleau-Ponty occupait une place particulière dans l’espace de la phénoménologie. Il proposait une analyse serrée des progrès des sciences humaines, à partir d’information de première main sur la psychologie et la biologie. De plus, il se démarquait de toutes les versions de la phénoménologie, comme celle de Sartre, qui défendait la subordination des sciences de l’homme à la philosophie. Enfin, il s’investissait dans le débat politique en utilisant de façon créative des outils philosophiques. Dans ses travaux, Bourdieu a souvent recours à Merleau-Ponty : lui emprunte sa conception du corps et une conception spécifique de l’activité pratique.

Commençons par le corps. Selon Bourdieu, le corps est organisé par les dispositions qui procèdent d’une expérience répétée de conditions d’existence déterminées. Ces dispositions sont les intermédiaires qui relient la nature à la culture. Merleau-Ponty est selon Bourdieu l’un des penseurs qui ont le mieux analysé ce rapport. Le corps, affirmait Merleau-Ponty, n’est pas un ensemble d’organes juxtaposés : il ressemble plutôt à un schème qui articule notre expérience du monde dans le temps et dans l’espace. Le corps se convertit en source première de notre sentiment

d’identité personnelle, de notre relation aux objets et de façon générale de notre expérience du monde. Ce lien intime entre le corps et le monde s’appuie sur deux thèses qui servent chacune de contrepoids tant au Scylla de l’intellectualisme qu’au Charybde du naturalisme. D’une part, le corps n’est pas une simple continuation des lois de la nature. Il est avant tout distance temporelle vis-à-vis de la nature, possibilité de s’évader de ses exigences. Cette distance temporelle permet à l’être humain de se départir de la spontanéité des animaux (dont le manque de liberté procède des conditionnements d’une nature trop forte) et de se définir à partir d’habitus propres. D’autre part, le corps n’est jamais un territoire affranchi de la nature ni un espace entièrement défini par les relations signifiantes qui organisent l’univers humain. Selon Merleau-Ponty, le corps humain est ambigu : il n’est ni le domaine du donné naturel, ni celui de la conscience, et l’on ne peut pas non plus le concevoir comme la simple addition de la nature et de la culture (l’homme serait d’un côté régulation et de l’autre liberté) : « L’homme concrètement pris n’est pas un psychisme joint à un organisme mais ce va-et-vient de l’existence qui tantôt se laisse être corporelle et tantôt se porte aux actes personnels » [1]. Des tours analytiques et rhétoriques de ce genre, où « le corps n’est ni l’un, ni l’autre, mais les deux à la fois et en même temps », sont réitérés constamment dans les descriptions que Bourdieu fait des croisements entre le donné physiologique et le donné social dans le corps humain.

Nous entrons ainsi dans la description de la pratique : dans cette perspective Bourdieu s’appuie également sur la philosophie de Merleau-Ponty. Si nous acceptons que l’expérience humaine est ambiguë, on ne peut pas considérer comme pertinentes les descriptions de cette expérience qui se basent sur l’opposition entre liberté et nécessité, entre sujet libre et automate conditionné. Il y a une intelligence de l’agent qui sans être une reproduction de la mécanique physiologique, psychologique et sociale, n’est pas davantage basée sur la réflexion intellectuelle : « L’agent engagé dans la pratique connaît le monde mais d’une connaissance qui, comme l’a montré Merleau-Ponty, ne s’instaure pas dans la relation d’extériorité d’une conscience connaissante. Il le comprend en un sens trop bien, sans distance objectivante, comme allant de soi, précisément parce qu’il s’y trouve pris, parce qu’il fait corps avec lui, qu’il l’habite comme un habit ou un
habitat familier » [2].

Mais, bien sûr, Bourdieu recueille l’inspiration théorique de Merleau-Ponty en la reformulant sociologiquement : l’expérience de base des sujets est conditionnée par des trajectoires de classe et de sexe, les divers modes de réflexivité dépendent de la capacité des individus à s’affranchir de la nécessité, la relation temporelle est issue des expériences différenciés que les agents font du monde social et de leurs anticipations diverses de l’avenir. L’agent humain incorporé reproduit et crée la prose d’un monde, mais pas celle d’un monde quelconque : c’est au contraire celle d’un monde traversé par les inégalités et la domination. Ainsi, l’ontologie renonce à son auguste généralité et gagne en pertinence empirique, peut-être même simplement en véracité: « À la vision dualiste qui ne veut connaître que l’acte de conscience transparent à lui-même ou la chose déterminée en extériorité, il faut donc opposer la logique réelle de l’action qui met en présence deux objectivations de l’histoire, l’objectivation dans les corps et l’objectivation dans les institutions ou, ce qui revient au même, deux états du capital, objectivé et incorporé, par lesquels s’instaure une distance à l’égard de la nécessité et ses urgences » [3].

------------------------------------------
[1] M. Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945, p. 117.

[2] P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, 1997, p. 170.

[3] P. Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 95.




Comentarios

Entradas populares de este blog

¿Qué es un foucaultiano?

Intervención ayer en Traficantes de sueños durante la presentación de Foucault y la política


¿Quién es un buen lector de Foucault? Es uno que no toma de Foucault lo que le viene en gana, sino el que aspira a tener por entero el espíritu de Foucault “porque debe haber el mismo espíritu en el autor del texto y en el del comentario”. Para ser un buen lector de Foucault, un buen foucaultiano, deben comentarse sus teorías teniendo “la profundidad de un filósofo y no la superficialidad de un historiador”

Es una broma. En realidad, el texto anterior resume "¿Qué es un tomista?", un texto del insigne filósofo de la Orden de predicadores Santiago Ramírez, y publicado en 1923. Pero los que comentan filósofos, Foucault incluido, siguen, sin saberlo, el marco de Ramírez. Deberían leerlo y atreverse a ser quienes son, tal y como mandaba Píndaro. El trabajo filosófico, desde esta perspectiva, consiste en
1.Se adscriben a una doctrina y la comentan mediante paráfrasis más o menos logradas y p…

El pueblo de Tebas se aburre de Creonte y Antígona

Sófocles contiene una filosofía profunda de la democracia, no cabe duda. En este blog se ha comentado el clásico de Bernard Knox y, entre los autores que uno frecuenta, Foucault y Castoriadis han promovido lecturas sugerentes sobre las enseñanzas democráticas del genio de Colono. La de Castoriadis resulta de especial interés, pues consigue invertir la espontánea apuesta “libertaria” por Antígona y a mostrarnos la razón que asiste a Creonte. Si la tragedia funciona como filosofía de la democracia es porque renuncia a un Eje del Mal y nos ahce comprender cómo el orgullo nos conduce a aquello que odiamos ser: es la lección de Edipo, prototipo de caudillo sinceramente democrático. Cualquier lector que se entretenga en Sófocles comprueba cómo los personajes se contradicen y ocupan posiciones muy distintas en una y otra réplica. Lo que los lleva a la tragedia es la rigidez, la falta de comprensión de que la verdad se les escapa, de que no pueden tener razón solos. De hecho, el mítico Teseo,…

La identidad de clase en los años de los significantes flotantes

(He aquí el comentario que se ha publicado hoy en la página web de Sinpermiso y a la que se puede acceder pinchando aquí)
Un libro debe juzgarse por los interlocutores que escoge. El trabajo de Ricardo Romero Laullón y de Arantxa Tirado Sánchez se esfuerza por establecer un diálogo con lectores no entrenados en las discusiones académicas. No resulta fácil porque el libro presenta sus argumentos invocando un doble registro. Por un lado, se encuentra la experiencia personal de los autores. Por otro, ambos son universitarios y recurren a argumentación teórica. Si hay algo que me escame de su trabajo es la saña, por cierto muy a la moda, con la que aborrecen la cultura académica, cultura sin la cual no hubieran podido escribir. Ciertamente, acuden a una lecturas quizá minoritarias pero no menos académicas. Como buen libro escrito a cuatro manos todas las hebras no se encuentran bien anudadas en el cáñamo del discurso y uno puede saltar de estados de la cuestión muy solventes a desahogos. M…